Ecologie : Ségolène Royal dénonce un grave recul et appelle le Président de la République à tenir ses promesses

Publié le par Désir d'avenir Paris 17

logo-croissance-verte.gifSégolène Royal dénonce un grave recul et appelle le Président de la République à tenir ses promesses car la croissance verte est une nouvelle chance pour la France

Le Grenelle 2 est un grave recul par rapport aux promesses faites. Or, la croissance verte constitue le moteur du développement des emplois et de la croissance. La marée noire d’une ampleur inégalée qui commence à souiller les côtes des Etats-Unis et qui est regardée avec inquiétude par le monde entier, donne à l’examen du projet de loi Grenelle 2 une importance encore accrue. Les promesses du Grenelle 1, positif sur les objectifs fixés même s’il ne s’agissait que de rattraper le retard pris par la France par rapport à ses voisins européens, doivent maintenant se concrétiser. Le texte de loi du Grenelle 2 tel qu’il est présenté constitue à ce stade, en plus du retard déjà pris, un rendez-vous manqué avec l’Histoire.

Sur tous les sujets le Gouvernement recule par rapport aux objectifs affichés : aucun enjeu majeur comme le climat, la préservation des ressources naturelles dont l'eau, les sols, les pollutions et leurs effets sur la santé humaine, le développement des énergies renouvelables, l'habitat économe en énergie, n'échappe au « rabotage » :

- pour l'éolien, toute est fait pour que la dynamique s'arrête et décourage investisseurs, entreprises et collectivités locales (distance minimum 500m par rapport aux habitations, classement Installation Classée Pour l'Environnement, minimum de 15 MegaWatts par site ...) ;

- pour les pesticides, le Grenelle 2 s'éloigne du Plan Ecophyto 2018, adopté en 2008. Dérogations , échéances plus éloignées, délais supplémentaires installent durablement le principe d'une pollution chronique acceptée ;

- dans l'habitat en location, les locataires ne peuvent plus se prévaloir à l'encontre du bailleur des données du Diagnostic de Performance Energétique ; les obligations de performance énergétiques sont en grande partie annulées ou reportées dans des délais de près de 10 ans ;

- pour les collectivités, seules les actions sur leur propre patrimoine donnent lieu à récupération des certificats d'économie d'Energie CEE, limitant leur effet levier, sur les autres actions qu'elles soutiennent ;

- sur l'eau, les abonnés à l'eau potable, c'est à dire les particuliers vont supporter des charges supplémentaires alors que les irrigants intensifs sont encore proportionnellement moins contributeurs.

 

Source : www.desirsdavenir.org

Commenter cet article